J'en avais entendu parlé des Petites Reines de Clémentine Beauvais dans une sélection, probablement dans un article de presse destiné aux professionnels du livre... Et il était resté dans un coin de ma tête car je trouvais l'histoire intéressante. C'est en allant à la bibliothèque que je suis tombée dessus par hasard.

Couv-Les-petites-reines

Les Petites Reines de Clémentine Beauvais est paru en 2015 chez Sarbacane.

L'histoire:

Cela fait trois ans qu'est organisé sur Facebook le concours des Boudins du collège-lycée de Bourg-en-Bresse. Comme son nom l'indique, ce concours vise à élire les trois filles les plus moches de l'établissement, les trois "boudins". Cela fait trois ans que Mireille Laplanche est reconnue comme boudin, deux fois boudin d'or et boudin de bronze cette année. Si elle s'en moque et en rigole, Hakima, boudin d'argent et Astrid, boudin d'or, de l'année, le prennent avec moins de philosophie que Mireille.

Mais, sans se laisser décourager, elles vont monter un projet un peu fou: rallier Paris, à vélo, en vendant... du boudin! Accompagnées du frère d'Hakima, Kader, militaire blessé et amputé des deux jambres, elles vont tout faire pour "gate-crasher" la garden-party du 14 juillet à l'Elysée. Et, contre toute attente, la presse et les réseaux sociaux vont s'emparer de leur histoire et les rendre célèbre...
Ces trois jeunes filles vont alors se retrouver, malgré elles, au centre de l'attention et moteur de réflexion sur cette place du physique dans notre société, l'influence des réseaux sociaux, etc.

Mon avis:

J'ai bien apprécié cette histoire. Ces trois jeunes filles qui, à cause de leur physique, se sont vues attribuer le surnom de "boudin" vont en jouer et en rigoler: elles vont elles-mêmes se nommer les boudins pour raconter leur périple, et le choix de vendre du boudin est lui aussi un beau pied de nez à tous ceux qui se sont moquées d'elles. Je trouve plutôt sympatique cette façon de réagir: alors que ce concours est humiliant et n'est que le reflet d'une société basée plus sur le paraître que l'être, ces jeunes filles ne se démontent pas et avancent. En outre, ce qui est intéressant, c'est que voyage n'est pas une manière de se venger, ce qui va profondément énerver le lycéen à l'origine de cette idée de concours...

Outre la question de la prépondérance du physique dans la société, le livre explore aussi d'autres thèmes, comme les questions de famille, etc. Ce voyage Bourg-en-Bresse - Paris va être un sorte de parcours iniatique pour ces jeunes filles et va leur permettre de grandir et de mûrir.

Un beau message que j'ai bien aimé, même si je trouve que l'histoire peut paraître un peu utopique, mais le message est là, et je pense que c'est le plus important. Par contre, j'ai eu parfois eu un peu de mal avec le vocabulaire utilisé mais, cela s'explique sûrement par le fait qu'on suit les pensées de Mireille, une adolescente de 15 ans, qui s'exprime donc comme une ado. Et c'est justement ce qui rend l'ouvrage d'autant plus intéressant qu'on suit le cheminement de la pensée de Mireille, entre les mensonges qu'on se raconte à soi-même, la façon dont elle voit et vit les choses.

Je vous le conseille donc pour son côté divertissant mais aussi et surtout pour le message qu'il véhicule, et la remise en question qu'il peut induire chez le lecteur.

Bonne lecture!